Sages comme des images

14 octobre 2013

Inventaire

Cent trente-deux cartons, cent soixante-sept étiquettes, trois cent trente et un mètres de ruban adhésif, dix-huit mètres carrés de papier d'emballage à bulles, quarante mois de planification, quelques tonnes, une architecte stagiaire tchèque, trois déménageurs, quatre chariots à roulettes, six panneaux d'affichage, un menuisier haltérophile, huit patères, plusieurs centaines de livres, trois orchidées poussives, neuf canapés et fauteuils, cent mille diapositives, une vingt-cinquaine de collaborateurs, une grenouille en peluche, quelques dizaines de bureaux, chaises, armoires et meubles divers, trente ans d'archives plus ou moins bien archivées, une atmosphère, quinze poubelles et corbeilles à papier, vingt-quatre ordinateurs fixes, onze ordinateurs portables, huitante-neuf cartes postales, un ventilateur, une bouilloire, deux imprimantes, deux vitrines, deux coquillages, un masque vénitien en plâtrstique:

Cet été, la section a déménagé.

Posté par Abeka à 12:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2013

Adieu à beaucoup de diapositives

A la Banane les étudiants volent bas, les examens vont pleuvoir. C'est donc qu'on aurait accroché un semestre de plus à la corde à linge des volées successives, une information à prendre avec des pincettes. Le labeur terrasse la foule estudiantine qui s'y régénère parfois (à la terrasse). Le reste fait partie du tutti quanti blablituel de ce blogue qui sert principalement à annoncer les fêtes et les vacances, vous connaissez le topo, à force.

Vous ne serez donc pas surpris de lire que les diathécaires font durer le plaisir et hanteront leur bureau durant le mois de juin encore, car pour eux il n'est de vacances que brèves (mais si vous avez besoin d'eux, passez-leur d'abord un coup d'e-fil). En juillet en revanche, ils rentreront dans leur boîte à tiroirs avec vue sur Ibiza et vous oublieront presque comme vous les presque oubliez.

C'est donc le dernier moment, s'il est des nostalgiques parmi vous, pour arpenter encore ces espaces du troisième étage dont le silence éternel n'aura pas fini ensuite de vous effrayer. Bicôse dès août, adios les brûlantes somnolences de la 3068, adios les siestes boustifaillantes sur les canapés du coeur de section, adios le ficus (non ça c'est déjà fait), adios l'Eve d'Autun, les voisins dantalophones ou balzacisants et les repères familiers: dès août, votre section préférée (je parle donc de l'histoire de l'art, petits malins) s'en ira voguer en d'autres lieux, en d'autres altitudes, en d'autres configurations. Dans ces bureaux qui furent nôtres et vôtres, vous sentirez un je-ne-sais-quoi de légèrement différent dans les vêtements, le fouillis ne sera plus généralisé, ça sentira l'air-wick et le cuir de vachette: la faculté des hec aura planté ses banderilles. Suivez alors les cartons, le joyeux bordel, une volute de Gauloises, l'éclat d'un rire de gorge, une de vos envies et vous devriez tomber, quelque part au quatrième étage, sur la section d'histoire de l'art, toujours différente et toujours même, qui n'attendra que vous (pour annoter vos images).

A suivre donc, mais bel été en attendant.

Posté par Abeka à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2012

The End

Après quatorze semaines d'un semestre riche en rebondissements palpitants — une fois, notamment, une étudiante (ou un, allez savoir) a oublié de nous rendre le petit raccord du beamer, il faut savoir réussir sa sortie.

Surtout que, dans leur grande mansuétude qui est plutôt à interpréter comme l'expression d'une négligence coupable, voire d'une incompétence crasse, mais cela, les heures à venir l'attesteront ou non, les Mayas ont totalement oublié de s'occuper du calendrier académique de la faculté des Lettres, préférant batifoler dans le Calendrier Solaire, Global, Cataclysmique et Majusculaire. Je me permets donc de prendre à mon compte la prophétie que voici: je suis au regret de vous annoncer que le 21 décembre 2012 coïncidera avec la fin du Semestre d'Automne, et toutes les infrastructures universitaires, chauffage, serrures, diathèque, petits raccords du beamer, seront inopérantes et dévastées jusqu'au 7 janvier prochain, date à lquelle s'amorcera un nouveau Cycle qui nous mènera au Semestre de Printemps. Prenez donc votre mal en patience, piaffants étourneaux, le temps que vos documentalistes attitrés se régénèrent.

En attendant, nous sommes toujours sans nouvelles du petit raccord de beamer. Si jamais, merci de bien vouloir.


(Ah oui et au fait: belles Fêtes et belles vacances à toutes et à tous!)

 

 

 

Posté par Abeka à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2012

Idée cadeau pour la Noël

 

 

 

C'était, ce fut, ç'a été la fête de Noël de Saint-Nicolas de la section. Chouettos comme il se doit, bien bien oui oui, mais maintenant c'est fait et s'agit de pas perdre le rythme bicôse dans deux semaines crac, on y est, on sera, on y était, à Noël. Donc cadeaux, donc biscuits, donc ouvertures nocturnes et haine du prochain, donc emballage cadeau et frisottis de ruban.

Mais vous dans tout ça? y avez vous seulement pensé, à ce qui ferait votre suprême bonheur? Eh bien je n'en sais rien. Mais dans la panoplie de l'étudiant·e décontracté·e, après la clef usb qui pèse à présent dix balles les 8 Go (pasqu'on en voit encore, des 256 Mo, et on ricane, sachez-le!), je signale à l'intention de qui voudra que le fameux petit raccord/câble/adaptateur/branchement/truc (au moins autant de termes que pour neige en inuit, c'est dire si la chose est incontournable), que ce petit bidule donc, ne coûte pas cher, vous accompagnera longtemps, vous soulagera parfois du stress de la course à la diathèque, que même que vous pouvez y coller votre nom ou une hipstererie d'autocollant, tout ça. Alors sur la liste de cadeaux, ça en jette moins qu'un ipad maxi, mini ou medium, mais comme c'est pour les études, on vous l'offrira en bonus.

Nous, on continuera à vous en fournir, n'ayez crainte; je dis juste ça comme ça…

 

 

 

Posté par Abeka à 16:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2012

On arrivera tous en même temps à Noël

Un semestre sans message sur ce blogue peut signifier maintes choses, allez savoir: Semestre sans histoire? semestre surchargé? semestre sabbatique? panne d'inspiration, de clavier, d'oreiller? Qu'importe, toujours est-il que les événements se précipitent avec le délicat tapage d'une charge d'éléphants sur le vert gazon anthropolien; bigre Noël approche, et la fin du semestre, et les tests de validation, et les examens, et le bec velu de la tante Aglaé, et dire qu'on a encore toutes ces images à annoter dans dilps, mais dieu merci là n'est pas le propos.

Le propos est ici: le vendredi 7 décembre, votre section favorite parmi toutes vos (deux) branches — celle d'histoire de l'art, donc — organise son annuelle fête de Noël, qui cette année prend des airs de Saint-Nicolas en musardant en début de mois. Prenez grand soin de réserver la date et d'affluer à la Maison Blanche (avenue de Tivoli 28), qui est la jolie maison aux contrevents à rayures rouges et blanches que vous apercevriez entre Vigie et Montelly si vous n'étiez pas en train (en métro) de lire votre 20 Minutes. Posez ce journal. Maintenant. Voilà. Collez le nez à la vitre. Non. Posez cet iphone. L'autre vitre. La vitre du tsol. Voilà. Hop. L'avez vue, la maison? Bien. C'est là, donc.

C'est à 18 heures. Apportez à boire, apportez à manger. Car on mangera et boira. Et regardera un film, peut-être. Et dansera. Et conversera convivialement & confraternellement, dans la Grande Communion de l'Art et de Noël et des Etudiants et des Enseignants et du Personnel Administratif et Technique et Scientifique.

Youpla boum donc, et au plaisir.

Posté par Abeka à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 septembre 2012

Tour de chauffe

Le tsol est plein, la cafétéria est pleine, la Banane est pleine, l'agenda est plein, le programme des cours est plein, les étudiants sont plein, la coupe est pleine. Quelque chose me dit que ce serait la rentrée que ça ne m'étonnerait qu'à moitié.
Mais rentrez chez vous, fuyez, pauvres fous! Les cours de Lettres ne commencent que la semaine prochaine, et pour une fois que votre Faculté est fidèle à sa réputation, ne la contredisez pas!
Mais bon, puisque vous êtes là, profitez-en pour apprendre quelque chose, et donc ruez-vous vers les séances de présentation, qui sont le premier événement incontournable d'un semestre qui, à n'en pas douter, en comptera maints. Et donc:
 
Présentation du Master en histoire de l'art: 18 septembre, 15h00-15h45 (Grange)
Présentation de la Propédeutique et Bachelor 2e partie: 18 septembre, 15h45-17h00 (Grange)
Présentation de la Spécialisation en Sciences historiques de la culture: 21 septembre, 13h15 (Anthropole 3059)
Présentation de la Spécialisation en Histoire de l'art régional: 21 septembre, 13h45 (Anthropole 3059)
Toute bonne rentrée à toutes et à tous!

Posté par Abeka à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 juillet 2012

Vacanciers, vacancières, unissez-vous

Il y a des images qui poussent à la mélancolie: essayez de vous représenter les couloirs vides d'un musée durant la nuit, l'appel d'un chamois sans personne pour l'entendre, la solitude des eaux au centre de l'Atlantique, une glace Ben & Jerry's fondant dans un congélateur débranché à l'insu de toute cuillère, et dites-moi que vous ne ressentez pas en vous ce tiraillement de l'estomac qui s'apparente à un double noeud de cabestan — impossible à défaire à moins de tirer sur l'appendice.

Poursuivons l'expérience, aussi insoutenable que cela puisse être, et figurons-nous à présent le tableau suivant: vous êtes étendu·e sur un linge de bain Option Musique, au bord de la piscine turquoise d'un hôtel tropical, sirotant à gorgées languides une mojipiriña coco-papaye qu'abrite des guêpes un petit parasol de papier rose. Dans le verre perlé de goutelettes tintinnabulent des glaçons reflétant sur leur surface luisante les corps bronzés d'éphèbes et de nymphettes vêtu·e·s de kinis roses assortis au petit parasol de papier fiché dans votre cocktail. Vous êtes baigné·e de lumière, de clapotis et de reggaeton, la douceur se contraste sous vos verres fumés.
Et là, soudain, on ne sait pourquoi, s'immisce en vous la pensée parasite d'un homme à lunettes lourdement vêtu suant à grosses gouttes, assis à un bureau, croupissant derrière des fenêtres sales dans la solitude étouffante d'un bâtiment universitaire. Cet homme est en train de recadrer la trente-neuvième reproduction des cartons originaux pour les cartouches ornant les lambris du Cabinet de la duchesse de Germain-Pratou et illustrant les nonante-cinq Tableaux champêtres de Donatien Brouchalot (1689-1754), et la seule nymphette à son horizon est l'Allégorie de la Piété outragée sous les traits de la marquise de Taillé-Greubon (84 ans et kilogrammes). Cela fait trois jours qu'il n'a parlé à personne hormis un sécuritas moustachu, tandis que vous échangiez la plus langoureuse des conversations avec Paolo et/ou Samantha.
Cette image mentale suffit à instiller immédiatement en vous un malaise, et soudain votre caïpito grenade-carambole vous semble tièdasse.

C'est ainsi que pour préserver la quiétude de vos vacances, la diathèque prend les siennes. Elle sera donc close du 17 juillet au 14 août. Dansez un slow pour nous avec Paolo et/ou Samantha.

 

 

 

Posté par Abeka à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juin 2012

Pas de repos pour les braves

Paraîtrait que les cours sont terminés. Paraîtrait qu'il fait beau. Paraîtrait que ce sont les vacances. Paraît très peu probable.

Pris dans le flux impétueux des tests, des prétests, des prétextes, affairés à clouer vos affaires sur une table de la bibliothèque, montant et descendant les escaliers selon les imprévus du tu descends prendre un café non j'en remonte ah mais moi je descends si tu veux oui mais alors juste un quart d'heure après j'ai promis à Gwyneth de monter fumer une clope avant de redescendre, calligraphiant les bibliographies de vos dossiers d'examens, tendant des pièges à loups autour des ouvrages en référence, grillant clopes feux rouges et cervelas pour faire honneur à la saison, redoutant à chaque ouverture de meyle celui d'un coséminariste en mal de synthèse, d'un enseignant en mal de délai, d'une diathèque en mal de validation, vous avez laissé le flot vous submerger ces derniers jours mais là c'est décidé, vous vous dressez comme un seul ho·fe·mme et vous tapez du poing sur la table en proclamant que c'est décidé, je vais aller les annoter, ces images, je vais les faire, ces scans, je vais les offrir, ces chocolats, mais là soudain le doute s'empare de vous et vous songez mais mais mais mais si je suis en vacances, si les cours sont finis, sans doute la diathèque a-t-elle plié scanners et s'en est-elle allée sous d'autres cieux derrière une porte close et vous sentez insidieuse la panique s'insinuer en vous et déjà vous perdez espoir mais non, non, non, soyez sans crainte, vos espoirs ne furent pas vains, votre coeur avait raison:

La diathèque reste ouverte selon l'horaire habituel durant ce mois de juin, et ce jusqu'à nouvel avis et preuve du contraire.

Posté par Abeka à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2012

Deux nouveautés nouvelles

Toujours dans la série "pourquoi bégayer nos actions et faire à double ce qu'on eût pu faire à simple", qui mène à des aberrations comme le double-clic, le double album de Florent Pagny ou le double saut périlleux arrière (avec les heureuses exceptions que constituent l'arc doubleau, la crème double et les oreilles), la diathèque fait plancher ses développeurs sur de nouveaux outils deux fois plus fourmidoubles:

– Lors de la création d'un fichier Zip ou PowerPoint depuis le Panier, il ne sera dorénavant plus nécessaire de cliquer deux fois pour télécharger un fichier (une fois sur exporter puis la deuxième sur télécharger), mais une seule fois sur exporter, le téléchargement étant lancé automatiquement.

– Sur les fiches individuelles, les options de téléchargement sont réduites à deux : "Télécharger l'image" et "Télécharger avec la légende". Dans le second cas, un fichier Zip est créé avec l'image et un fichier de légende en html.

Deux bises.

Posté par Abeka à 12:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2012

C'est la base!

Les banques nous arnaquent, nous escroquent, c'est bien connu, c'est tout magouille et compagnie, mais il est une heureuse exception qui échappe à la règle, c'est une banque oui, mais une banque d'images — non, pas une banque d'images: votre banque d'images. Dilps quoi.

Découvrez dès maintenant les nouveaux outils dilpsiens, mitonnés à votre attention:

1° En ces temps où nous cherchons tous à en perdre le moins possible (du temps), il est de bon aloi de simplifier les opérations nécessaires, et de les réduire à leur plus minimale expression. Ainsi, pourquoi sauter par dessus les haies quand on peut aller tout droit, pourquoi envoyer un meyle pour avertir qu'on a envoyé un sms qui signalait un message sur facebouque quand on peut envoyer directement un pigeon, pourquoi s'imposer de faire la vaisselle pour resalir immédiatement les assiettes, pourquoi passer par la case départ avant d'aller en prison, pourquoi écouter le disque de Justin Bieber avant de le jeter, pourquoi s'évertuer à finir un bachelor alors que ce qu'on veut, c'est le master, bref, à bas les étapes intermédiaires.

Grâce à l'outil ci-dessous, vous pouvez glisser directement votre image dans un powerpoint ou un document word, sans avoir besoin de la préalablement télécharger.


2° Vous pouvez dorénavant trier les résultats de votre recherche, par auteur, par lieu ou par date, grâce au menu déroulant situé à gauche de la page (le tri par date peut parfois donner des résultats surprenants, surtout en raison des imprécisions moyennâgesques — allez savoir où ranger ixe-bâton-vé). Voyez que ça vaut la peine d'être précis lors de vos annotations, chères et chers lectrices et teurs!

 

Posté par Abeka à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Fin »